Un mari brutal et trompé

Ce grand gaillard moqueur
S'est lancé à ses trousses,
Elle hurle, pauv' petit coeur,
Elle a drôlement la frousse.

Pour ne pas qu'il l'attrape,
Elle entre dans le bistro,
Mais l'homme la suit, la frappe,
Elle en chiale, c'en est trop.

Des clients s'interposent,
Qui repoussent le butor,
Mais ce salopard ose
Leur crier qu'ils ont tort.

Que cette nana est sa femme,
Et qu'il a bien le droit
De la punir, vu que son âme
Est noire et son coeur froid.

Elle l'a trompé, et alors,
Qu'est-ce que cela peut faire ?
Qu'elle dispose de son corps,
N'est-ce pas sa seule affaire ?

S'il s'était montré tendre,
Et l'avait fait rêver un peu,
Elle eut pu le comprendre,
Mais il n'était pas amoureux.

Anne Brunelle