Sacha

Maguy, qui avait perdu son chat,
En avait versé bien des larmes,
Et voulait même sonner l'alarme
Pour retrouver son cher Sacha.

Sacha, un nom plutôt bizarre
Pour un ordinaire souricier !
C'était le prénom d'un officier
Connu dans quelque lit de hasard.

Maguy l'avait eu dans la peau,
Et lui l'appelait: « Mon p'tit chat ! »
Faut dire qu'il était beau, Sacha,
Presque aussi beau que son drapeau.

Il portait son fier étendard
À la tête de son régiment,
Lui si avare de boniments
Et à cent lieues d'être vantard.

Las ! un jour loin il s'en alla,
Pour une périlleuse campagne ;
Maguy, sage et loyale compagne,
Comprit qu'il n'en reviendrait pas.

Elle porte le deuil de ses deux Sacha,
Son bien-aimé et son matou ;
La vie est cruelle, voilà tout,
Pour les soldats comme pour les chats.

Anne Brunelle