L'infirme

La lune est toute ronde,
Et les rues sont désertes ;
De son fauteuil planté
À l'angle de la fenêtre,
Parfois l'infirme observe
Les allées, les venues
D'une jeune femme rousse,
Seins pointés en avant,
Attendant patiemment
Les passants solitaires ;
Le trottoir elle arpente
Pour oublier le gel,
Dans son manteau usé ;
Un homme bizarre s'approche,
Qui l'aborde, arrogant,
Mais elle secoue la tête,
Refusant de le suivre ;
Elle choisit qui elle veut,
Ne s'en laisse pas conter.
L'infirme semble apprécier
Sa force de caractère,
Lui qui rêve souvent d'elle
Quand il a le coeur gros.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner