L'infirme

La lune est toute ronde,
Et les rues sont désertes ;
De son fauteuil planté
À l'angle de la fenêtre,
Parfois l'infirme observe
Les allées, les venues
D'une jeune femme rousse,
Seins pointés en avant,
Attendant patiemment
Les passants solitaires ;
Le trottoir elle arpente
Pour oublier le gel,
Dans son manteau usé ;
Un homme bizarre s'approche,
Qui l'aborde, arrogant,
Mais elle secoue la tête,
Refusant de le suivre ;
Elle choisit qui elle veut,
Ne s'en laisse pas conter.
L'infirme semble apprécier
Sa force de caractère,
Lui qui rêve souvent d'elle
Quand il a le coeur gros.

Anne Brunelle