Le voleur de bois

Il était une fois,
Dans un pays très froid,
Un paysan matois
Qui chapardait du bois
Dans les forêts du roi.

Qu'il enfreignît la loi
Causa un bel émoi,
Il fut montré du doigt,
Puis chassé de son toit
Par les soldats du roi.

Mais la justice qui broie
Lui avait laissé le choix
Entre gauler des noix
Ou bien garder des oies,
Ah ! ce n'était pas la joie !

L'homme qui avait la foi
En demeura sans voix,
Mais il supplia son roi
Qui fut clément, je crois,
Et lui rendit son toit.

Anne Brunelle