Le vent

Et vlan ! C'est ma porte qui claque !
Me voilà dehors, les pieds dans une flaque,
Évitant de justesse une tuile qui tombe,
Presque aussi rapide qu'une bombe.

Oh, comme je t'exècre, maudit vent :
Tu es vraiment un cyclone méchant,
Tu fais même peur aux petits enfants
Qui, face à toi, s'enfuient en trébuchant.

Le vieux vent se lamente et soupire,
Adjurant Zeus qu'il lui pardonne ;
Il dépérit, peut-être va-t-il mourir ?
Mais oui, ça y est ! Il abandonne.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner