Le flatteur

Mais, monsieur, je vous prie
De lâcher ma menotte...
Restez sage ou je crie !
Je ne suis point si sotte.

Croyez-vous que j'ignore
Quelles sont vos intentions ?
Sachez bien que j'abhorre
Toutes vos machinations.

À quoi bon vouloir nier ?
Je ne saurais vous croire ;
Pourquoi devrais-je me fier
À vos étranges histoires ?

Si j'étais comme votre fille,
Vous ne reluqueriez pas,
Avec vos yeux qui brillent,
Mes bien charmants appâts.

Quoi ! Que dites-vous encore ?
Pardieu ! Que vous m'aimez !
Vous y allez un peu fort,
C'est bien autre chose, aimer !

Pourtant, je suis flattée,
Même si c'est bassement ;
Toute seule, en aparté,
J'en souris doucement.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner