La petite Marie

Elle ne sourit plus,
La petite Marie,
Elle a si peur,
Elle a trop mal ;
Comme c'est banal,
Une gosse qui pleure,
Près de ce canal
Où l'amour meurt.
Un homme s'arrête,
Qui la regarde,
C'est un poète,
Et il lui tarde
De la consoler,
Cette pauvre fille
Désemparée,
Douce et gentille ;
Il se rapproche
Et l'interpelle,
Comme un reproche,
Elle est très belle.
Ô petite Marie,
Sèche tes larmes,
L'amour guérit,
Joue de tes charmes !

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner