Coeur d'artichaut

Jean sortait du bistro,
La démarche chancelante ;
Il buvait beaucoup trop
Pour cette femme galante.

Il s'était fourvoyé
Pour une belle fille
Qui l'avait congédié
Comme vieille guenille.

Un temps, Jean avait cru
Aux lendemains qui chantent ;
Elle l'avait mangé cru,
La mégère méchante !

Jean n'avait plus envie
De rien, sinon de fuir ;
Il maudissait la vie,
Songeant même à mourir.

Mais au coin de la rue,
Surgit blonde nymphette
Qui lui offre la vue
De ses jambes fluettes.

Et le voilà qui s'invente
Une nouvelle amourette,
Parfumée au thé-menthe ;
Demain sera jour de fête.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner