À la fin de vos vies

Elle t'écrivait, ton aimée blonde,
Que rien n'aurait été aussi fort,
Et que rien n'aurait été dit,
Même à la fin de vos deux vies...

Mais que pouvais-tu lui répondre ?
Que vos âmes étaient éternelles,
Que rien, jamais, ne finirait,
Et que toi toujours tu l'aimerais ?

Et puis, tout à coup, vint le silence,
Un silence qui trop longtemps dura ;
Avait-elle donc renié le serment
Ou n'était-elle que la victime ?

Il y avait eu un complot intolérable
Pour la contraindre à te quitter ;
Elle dut se plier à la loi inique
Des forts qui ont le dernier mot.

Elle avait subi d'affreuses menaces
De ses géniteurs trop vigilants ;
Eux seuls savaient ce qui était bon
Pour leur jeune fille handicapée.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner