Inconditionnelle passion

Il veut bien croire encore en cet étrange amour
Que tu jures lui vouer, toi qui l'as tant trahi ;
Sache bien qu'à sa place, un autre t'eût haïe,
Sa clémence envers toi durera-t-elle toujours ?

Cette passion trop aveugle, le beau rôle te laisse,
Et tu jubiles, bien sûr, de savoir comme il t'aime,
Et même s'il en souffre, ce n'est pas ton problème ;
Prends garde cependant que trop tu ne le blesses.

Oserait-il s'éloigner sans espoir de retour
Du serment qu'il se fit d'être esclave de toi,
Et à tous tes reproches, pourrait-il rester sourd ?

Tes deux bras l'enlaçant et une nuit d'amour,
Suffiraient, tu supposes, à le rendre moins brave
Et à te revenir, bien qu'il eût le coeur lourd.

Anne Brunelle