Adultère

Eh Madame, où t'en vas-tu comme ça,
Pendue au bras de ce bellâtre tendre ?
T'emmènerait-il au cinéma ?
C'était ce que j'avais cru comprendre.

Il pourra t'en dire, des « Je t'aime ! »,
Te les chuchotant dans la pénombre ;
Te déclamera-t-il ce poème
Qu'il te dédia dans les temps sombres ?

Madame, tu sais bien que là-bas,
Ton vieil époux encore t'attend ;
Mais lui ne t'offre plus d'ébats,
C'est du moins ce que tu prétends.

Cela t'affole-t-il de penser
Que tu sois coupable d'adultère ;
Sans doute est-ce là chose insensée,
Mais tu te sens plus libre, j'espère.

Oh Madame, il t'embrasse dans le cou,
Et ses mains deviennent audacieuses ;
Pourquoi ne pas vivre d'amour fou
En oubliant tes coutumes pieuses ?

               --ooOoo--

Madame, où t'en vas-tu comme ça
Au bras de ce bellâtre tendre ?
T'emmènerait-il au cinéma ?
C'est ce que j'avais pu comprendre.

Il pourra t'en dire des « Je t'aime ! »
En  te serrant fort dans la pénombre ;
Lui déclameras-tu ce poème
Que je t'écrivis dans les temps sombres ?

Madame, je crois bien que là-bas,
Ton vieil époux encore t'attend,
Mais lui ne t'offre plus d'ébats,
C'est du moins ce que tu prétends.

Cela t'affole-t-il de penser
Que tu sois coupable d'adultère ?
Tu trouvais cela chose insensée,
Mais tu te sens plus libre, j'espère.

Oh Madame, il t'embrasse dans le cou
Et ses mains se font audacieuses ;
Pourquoi ne pas vivre d'amour fou,
En occultant tes idées pieuses ?

Oui, Madame, la vie est si brève,
Ne laisse pas trop passer ta chance ;
Allez, concrétise tes beaux rêves,
Tu le fais avec tant d'élégance !

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner