Spectres dans la nuit

Au hasard de la nuit
S'est ouvert le passage,
L'air s'est fait léger,
M'apparaît ton visage.

Je retourne sur la piste
Que le cyclone a creusée,
Près de la vieille grange,
Peuplée d'esprits frappeurs.

Des errants, en latin,
Marmonnent des cantiques,
Suscitant quelque angoisse
Dans mon esprit morose.

Ne pas me résigner !
La mort n'est que chimère !
J'attendrai le signal
Du recommencement.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner