L'autel

Il  entra dans cette haute bâtisse
Qui n'avait même plus de toit ;
Une chapelle avait bien existé là
Au beau milieu de ce grand pré
Où rougissaient les coquelicots,
Mais elle n'était plus que ruines ;
Seul l'autel restait debout, intact,
Et ce vrai mystère le fascinait.
Il avança encore et ce qu'il vit
Le fit douter de son état mental :
Allongée près de l'autel, une femme,
Jeune, très belle et presque nue,
Au visage pâle et très angélique,
Semblait baigner dans la lumière ;
Il entendit une musique étrange,
Sublime, envoûtante, et il en frissonna,
Avant de s'agenouiller, respectueux,
Face à cette incroyable apparition ;
La femme se redressa, avec des gestes lents,
Et marcha dans sa direction, si légère ;
Quand elle passa tout près de lui,
Il tenta bien de l'attraper par le bras,
Mais elle lui échappa, transparente,
Puis recula très vite jusqu'à l'autel ;
Elle portait une longue robe blanche,
Mais ses seins blancs en dépassaient ;
Il l'appela à voix basse: « Marie, Marie ! »
Mais elle ne lui répondit pas, hélas,
Tout en le regardant sans animosité.
Il fit demi-tour, et dès qu'il fut dehors,
Il s'imagina alors qu'elle lui avait dit :
« Je suis vierge, et tu n'y peux rien,
Puisque je le serai jusqu'à la fin des temps. »

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner