Incendie

Quel homme inélégant
Lui vola ce baiser ?
Quelle main téméraire
Effleura son corsage ?
Qui donc l'apostropha,
Alors qu'elle s'enfuyait
De la forêt en flamme
Où les pompiers luttaient,
Pendant que, trop curieux,
Les badauds se massaient
Pour contempler la mort
Des chênes centenaires ?
Ses beaux yeux débordaient
De larmes si brûlantes
Qu'elle crut que l'incendie
Irait jusqu'au village ;
Un chant lui vint aux lèvres,
Parlant d'amour courtois,
Tristement elle sourit,
Le passé était loin,
Et plus que ses souvenirs,
L'avenir l'angoissait.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner