Elvire et l'oiseau

En des temps où j'étais oiseau,
J'avais, je crois, l'âme légère ;
Survolant les monts et les eaux,
Je saluais bien des bergères.

Quand je me posais dans les champs,
Elles me confiaient leurs petites misères ;
Je les consolais par mon chant,
Puis me renvolais pour Cythère.

Là-bas, redevenu humain,
Je m'adonnais au bel amour ;
Brunes ou blondes, comme un gamin,
Je les dépouillais de leurs atours.

Mais, ne sachant me décider
À choisir quelle serait ma dame,
Je n'avais plus qu'une seule idée :
Tuer en moi cet être infâme...

Qui ne pensait plus qu'au plaisir
En occultant tous sentiments ;
C'est alors qu'arriva Elvire,
Qui m'enjôla habilement.

Je me fis doux agneau pour elle,
Renonçant à tout artifice ;
Je la vénère, ma toute belle,
Elle veut bien me donner un fils.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner