Dans le vent

Il ne savait plus où il se trouvait,
Il avait dû se perdre dans le vent,
En essayant de suivre cette jeune femme
À la longue chevelure rousse.
Était-il toujours vivant ? Il en doutait,
Et se disait que la Mort, cette sorcière,
Avait tant de rouerie qu'elle pourrait
Peut-être même ressembler à la Beauté.
La Mort avait-elle donc les seins menus
De cette frêle fille aux cheveux roux
Qui semblait l'inviter à la rejoindre
Au coeur de cette nuit où sa raison s'égarait ?
Cette nuit bien trop calme était étrange,
Pourquoi ne retrouvait-il plus son chemin,
Errant dans cette espèce de brume épaisse
Que les âmes mortes hantaient probablement ?
Il n'était nulle part, il errait dans la bise,
Son esprit avait cessé de lui appartenir,
La jolie rouquine l'avait sûrement emporté.

Anne Brunelle