Tranche de vie

Son pauv' Louis venait de trépasser la veille ;
Eh oui, cela devait bien arriver un jour,
Vu qu'il buvait carrément comme un trou ;
Alors la Lucie s'était levée avant le soleil,
Puis s'était signée devant le corps du défunt,
Très comme il faut dans son beau costume sombre.
Elle se disait: « Y' a què'que chose qui cloche,
C'est sûr, mais j'sais pas quoi que c'est, au juste. »
Et soudain cela lui revint: « Mais oui, c'est ça !
Ses chaussettes sont trouées, voilà ce qui va pas. »
La Lucie ne fit ni une ni deux ; bien décidée,
Elle se débarrassa de son tablier crasseux,
Endossa sa vieille houppelande grise
Et sortit, se dirigeant à grands pas
Vers l'unique épicerie du petit hameau,
Laquelle faisait aussi office de mercerie.
La Marie était là, derrière son comptoir,
Bien coiffé était son gros chignon blanc,
Elle attendait patiemment la clientèle.
La Lucie lui fit part de la triste nouvelle :
« Le Louis est parti, Marie, il me faudrait
Des chaussettes toutes neuves pour lui mettre,
Mais surtout, vendez-moi les moins chères,
Ce serait quand même du vrai gaspillage
D'enterrer de trop belles chaussettes ! »

Anne Brunelle