Mademoiselle Martin

Mais oui, j'en étais sûr ! Vous êtes mademoiselle Martin !
Il faut d'abord que je vous dise: j'ai très bien connu
Madame votre mère, de son prénom Yvette, et à vrai dire,
Je fus même à une certaine époque son chevalier servant ;
Je lui offrais souvent des roses, eh oui, des roses rouges,
Chère mademoiselle Martin, des roses pour votre maman,
Et toujours parmi les plus belles, elle les valait bien ;
Vous-même n'étiez pas encore de ce monde, évidemment,
Et Yvette ne connaissait pas non plus monsieur votre père.
Voyez comme le hasard fait parfois bien les choses :
Vous voici maintenant devenue ma plus proche voisine.
Serais-je encore assez fou et fantasque, ma très chère,
Pour me risquer, audacieux, à vous faire les yeux doux ?
Un poète est toujours une personne bien peu ordinaire,
Et quand il a une idée en tête, n'y renonce pas de sitôt.
Mais pourquoi donc rougissez-vous ainsi, jeune fille ?
Si par inadvertance, mon vieux coeur venait à s'égarer,
N'hésitez pas, surtout, à le remettre à sa place.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner