La fête

C'est la fête tout là-haut,
Sur la colline aux oiseaux,
Où l'on chante à tue-tête
De ringardes chansonnettes
Et comptines fort coquines
Qui enchantent ces mutines
Jeunes filles qui frétillent
Et ces garçons qui babillent,
Tout en faisant leur cour
À leur princesse d'un jour.
C'est la fête tout là-haut
Pour tous ces amoureux
Qui, le coeur bien au chaud,
Se trouvent follement heureux
Lorsque sonnent les trompettes
Et résonnent les tambours
Pour toutes les Marinettes
Qui s'éveillent à l'amour.

Anne Brunelle