Yasmina

Arrête-toi, Yasmina !
C'est la petite Nora
Qui te fait signe.
Ses longs cheveux corbeau
Sont frisés comme les tiens,
Sa peau mate est douce
Comme la peau d'une pêche ;
Elle ne te demande rien de plus
Qu'un candide baiser
Tout près de sa bouche fraîche,
Et si tu es très gentille,
Elle t'offrira sans doute
Le gîte et le couvert
Et peut-être un peu de tendresse ;
Elle se sent tellement seule,
La petite Nora,
Depuis que le vieux mari
Que son père lui avait choisi
Se meurt à l'hôpital.
Alors, belle Yasmina,
Ne te montre pas cruelle,
Donne lui un peu d'amitié
Pour qu'elle puisse retrouver
Le goût de vivre libre
Et de chanter sans peur
Les airs de son pays.

Anne Brunelle