Mademoiselle Anne

Mademoiselle Anne se moquait bien
De tous les chichis du protocole,
On la voyait, promenant son chien
À l'heure de partir pour l'école.

Elle avait de mignons petits seins
Qu'elle exhibait sans faire d'histoire
Aux jeunes gens, une chute de reins
Que des hommes mûrs adoraient voir.

Si ses aisselles étaient poilues,
Son minou, elle l'avait rasé ;
Le dernier livre qu'elle avait lu
Était d'un genre plutôt osé.

Parmi les gentes demoiselles
De la prétendue bonne société,
Restaient encore quelques pucelles ;
Anne, elle, baisait à satiété.

Hardie, coquine, voire indécente,
Elle épuisait tous ses amants,
Rêvant même d'orgies démentes,
Tout en souriant innocemment.

Anne Brunelle