Ma bachelière

Je te savais pure et tu restais sage,
Tout en t'adonnant aux jeux solitaires ;
Mais tu attendis d'être bachelière
Pour me faire le don de ton pucelage.

Amoureux de toi, tout près du portail
De la vieille ferme de tes grands-parents,
Je glissais la main dessous ton chandail,
Et tu m'assurais trouver cela plaisant.

Ta jupe écossaise parfois j'effeuillais,
Comme les pétales de la marguerite ;
Mais ton bouton rose jamais ne cueillais,
Tu me reprochais d'aller bien trop vite.

Puis tu eus vingt ans, tu me laissas choir,
Tu allais en fac, je n'étais qu'ouvrier ;
J'en fus attristé, il ne faut pas croire,
Mais pas jusqu'au point de me renier.

Anne Brunelle