Ma bachelière

Je te savais pure et tu restais sage,
Tout en t'adonnant aux jeux solitaires ;
Mais tu attendis d'être bachelière
Pour me faire le don de ton pucelage.

Amoureux de toi, tout près du portail
De la vieille ferme de tes grands-parents,
Je glissais la main dessous ton chandail,
Et tu m'assurais trouver cela plaisant.

Ta jupe écossaise parfois j'effeuillais,
Comme les pétales de la marguerite ;
Mais ton bouton rose jamais ne cueillais,
Tu me reprochais d'aller bien trop vite.

Puis tu eus vingt ans, tu me laissas choir,
Tu allais en fac, je n'étais qu'ouvrier ;
J'en fus attristé, il ne faut pas croire,
Mais pas jusqu'au point de me renier.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner