L'initiatrice

Il ne l'avait plus revue depuis plus d'une année,
Sa poitrine avait assurément beaucoup forci,
Il n'en revenait pas ; à l'époque, il s'en souvenait,
Elle n'avait que de tout petits nénés de gamine,
Mais à présent, c'étaient vraiment des beaux nichons ;
Elle paraissait absolument ravie de les lui exhiber,
Il l'en complimenta, non sans une certaine gêne ;
Pourtant, au bahut, avec ses copains de Seconde,
C'était un de leurs sujets de conversation favoris :
Les grosses loloches des nanas et tout le reste,
Et les puceaux ricanaient plutôt stupidement.
Mais là, il en était carrément tombé sur le cul,
Des seins comme ceux-là ! C'était vraiment génial
De pouvoir passer des mains un peu tremblantes
Sur la poitrine bien ferme d'une aussi jolie demoiselle.
Elle adorait qu'on les lui tripotât, il faut le reconnaître,
Cela lui faisait très rapidement durcir les tétons,
Et elle en éprouvait des frissons dans tout le corps ;
Elle avait nettement plus d'expérience que le garçon,
Et tout à coup elle songea à le déniaiser un petit peu ;
Tant pis si elle devait passer pour une petite vicieuse,
Elle ouvrit les jambes, l'appelant à venir fourrager
Sous la jupe en jean, sous laquelle elle était nue ;
Il exultait: « Je t'aime, oh comme je t'aime ! », lui disait-il,
Elle se doutait qu'il avait surtout une folle envie d'elle,
Et comme elle le trouvait plutôt pas mal de sa personne,
Elle décida illico de l'initier aux préliminaires du plaisir,
Jouissant déjà de profiter de son petit reste d'innocence.

Anne Brunelle