Le petit Pierre

Le jour même de la rentrée des classes,
Le petit Pierre, qui avait dix ans,
Devint amoureux de sa nouvelle maîtresse,
Elle se nommait mademoiselle Lemarchand,
Et son joli prénom, c'était Laurette.
Elle était assez pâle et très menue,
Mais elle avait de très beaux yeux,
Ses cheveux de jais étaient tout bouclés,
On aurait dit une bien adorable poupée.
Le petit Pierre rêvait d'épouser Laurette,
Il n'en revenait pas qu'elle fût aussi belle,
Il se promettait de l'aimer toute la vie,
Et de passer tout son temps auprès d'elle,
Toujours blotti tendrement dans ses bras.
Mais il se demandait parfois si elle l'aimerait ;
Pourtant il lui semblait qu'elle le préférait
De loin à tous les autres garçons de la classe.
Quand Pierre, le soir, s'en revenait à la maison,
Sa mère était encore occupée dans les champs,
Son père, marin-pêcheur, s'absentait des semaines ;
Pierre montait alors dans sa toute petite chambre,
Et sur un grand carnet à spirales, il écrivait
Des lettres d'amour pour sa Laurette bien aimée.
Il la suppliait de l'attendre, de ne pas l'abandonner.
Il dessinait tout plein de petits coeurs roses,
Et son coeur d'enfant battait très, très fort.

Anne Brunelle