Le Diable

Jamais jusqu'à ce jour un homme ne l'avait embrassée
Avec une telle fougue, elle en était bouleversée ;
Ce garçon étrange, qui prétendait l'aimer d'amour,
Était encore pour elle la veille un parfait inconnu.
Chacun de ses baisers passionnés provoquait en elle
Une incroyable chaleur qu'elle n'avait jamais ressentie ;
Un désir ardent s'était emparé d'elle, irrépressible,
C'était comme si elle était dans un monde en apesanteur ;
Et si ce jeune homme audacieux était finalement le Diable,
Lui qui la soumettait sournoisement à une folle tentation ?
Elle se dégagea soudainement de l'étreinte, ouvrit son sac,
En extirpa son portable, et fit le numéro de son père :
« Papa, viens vite, je veux rentrer, je suis lasse ! »
L'homme s'en trouva tout décontenancé, il lui demanda
S'il était bien la cause de cet affolement subit ;
Elle était jeune et innocente, elle hocha la tête,
Incapable de prononcer une parole ; le gars se mit à rire
D'un rire un peu moqueur qui la désarçonna encore davantage ;
Elle rougit, elle n'était pas encore prête pour une aventure.

Anne Brunelle