Le cerisier

Fort agile et joliment svelte,
Petite Yvette était juchée
Sur la grande escabelle
Pour cueillir des cerises
Sur le vieux cerisier ;
Moi j'étais en dessous,
Lui tenant l'échelette,
Et lui contant fleurette,
Tout en la sermonnant :
« Yvette, pas d'imprudence,
Tu vas te briser les os ! »
Elle riait de bon coeur,
Insouciante et légère,
Terriblement occupée
À se goinfrer de fruits,
Puis à m'en faire passer.
J'étais comme à la fête,
Moi qui, sous la jupette,
Pouvais à l'aise admirer
Ses très gracieuses gambettes
Et son petit derrière dénudé ;
J'étais tellement troublé
Que j'avais failli m'étouffer
Avec un noyau de cerise
À la vue de ce charmant tableau.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner