La petite Géraldine

C'est fou ce qu'elle a grandi,
La petite Géraldine,
Qu'il a connue gamine !
Sa robe en organdi
Laisse voir ses bras nus,
C'est une vraie demoiselle,
Elle qui était si menue,
La cadette d'Isabelle.
Ses yeux un peu bridés
Papillonnent à la vue
De la perfide Edmée,
Femme de petite vertu ;
Cela lui donne des idées
À elle, pourtant si pure,
Se laissant parfois aller
À quelques fantasmes osés
Dont elle rougit, le soir,
Dans sa chambre à coucher ;
Que les gars la désirent,
Elle ne s'en fait pas gloire,
Mais se conte des histoires
De caresses, de désirs,
Qui attisent son plaisir.
Mon Dieu ! Que deviendra
La petite Géraldine
Qui avait la taille si fine ?
Qui donc la mariera ?

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner