Christine

Christine avait reçu
Un petit billet doux ;
Si sa mère avait lu
Ce qu'écrivait ce fou !

Qu'il rêvait souvent d'elle,
De son corps très bien fait,
De ses jambes de gazelle...
Un gentleman parfait !

Las, était anonyme
La belle déclaration
Où ce galant sublime
Affirmait sa passion !

Christine ignorait tout
De l'auteur du poulet ;
N'était-il qu'un zazou
Avec l'âme d'un valet ?

Ou bien un coeur ardent
Doublé d'un romantique,
Mais sûrement trop prudent
Pour se montrer pragmatique ?

Christine pensait, songeuse :
« Et si c'était François ? »
Était-elle amoureuse ?
Pas impossible, ma foi !

Bientôt, elle recevrait
De vraies lettres d'amour,
Auxquelles elle répondrait ;
Ce seraient de beaux jours.

Anne Brunelle