Amours adolescentes

Du matin jusqu'au soir, il ne rêvait que d'elle,
N'osant pas lui parler, souhaitant l'apercevoir
L'espace d'un instant ; mon Dieu, qu'elle était belle !
Mais hélas la cruelle ne semblait pas le voir.

Son coeur était rempli de bien trop d'amertume,
À trop songer à celle qui se moquait de lui ;
Un jour lui écrivit de sa plus belle plume,
Essayant d'expliquer les causes de son ennui.

« Tu es trop sûre de toi et de ton charme fou,
Demain comprendras-tu combien je suis épris,
Et regretteras-tu mon amour tellement doux ?

Ah ! Puisses-tu savoir ce qu'il m'en a coûté ! »
Las ! Ce billet pour elle, qui n'avait pas de prix,
N'obtint pas de réponse, on s'en serait douté.

Anne Brunelle