Les paumés

Il avait tant de bleus à l'âme,
Quelques pauvres billets en poche,
Lorsqu'il entra, blême et hagard,
Dans le cabaret de la rue Longue.

À sa table, une fille vint s'asseoir,
Ils trinquèrent pour passer le temps ;
Cette femme lui parut si paumée
Qu'il en resta presque interdit.

Son concubin l'avait larguée
Comme on jette un objet brisé ;
Elle avait eu le coeur déchiré,
Et ne songeait plus qu'à s'enivrer.

Une heure et plus, ils devisèrent,
Tous deux amers et presque gris ;
Sans hésiter, elle le suivit
Jusqu'à sa piaule mansardée.

Ils passèrent une nuit blanche
À évoquer leur triste existence ;
Ils oublièrent de faire l'amour,
Tellement le courage leur manquait.

Au petit matin, elle s'en alla,
Il n'avait pas osé la retenir ;
Pourtant il était bien auprès d'elle
Pour se délivrer de cette solitude.

Anne Brunelle

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner