La séductrice

Mais qu'avait-elle pour le séduire,
Cette robuste fille en pantalon ?
Quand il s'assit à côté d'elle,
Et que leurs deux corps se touchèrent,
Soudain il y eut comme un déclic,
Il chercha à lui prendre la main
Pour la serrer fort dans la sienne ;
Elle en frissonna, un peu troublée,
Mais se laissa très vite apprivoiser.
Lorsqu'il lui dit « Embrassez-moi ! »
Elle lui tendit ses lèvres roses,
Et leur baiser tendre se prolongea...
Ils ne savaient rien l'un de l'autre,
Mais déjà ils n'étaient plus étrangers ;
Les heures qui suivirent furent féériques.
Ils décidèrent de se revoir bientôt,
Ailleurs qu'à l'intérieur d'un autobus,
Afin de poursuivre cette aventure
Que rien n'avait laissé prévoir.

Anne Brunelle